Grand débat national : répondre à la crise sociale en réduisant la fracture territoriale

3 avril 2019


Le mouvement des gilets jaunes est l’expression d’une fracture territoriale de plus en plus profonde entre une France des métropoles qui concentre les « gagnants de la mondialisation », les emplois et le développement économique et une France des territoires, en proie au déclassement, à un sentiment d’abandon et d’injustice croissant. L’étude Familles Rurales réalisée par l’IFOP en octobre 2018 démontre la réalité de ce sentiment d’abandon et son lien avec le recul des services de proximité. Les symptômes sont visibles depuis de nombreuses années et se manifestent à chaque élection.
Cette fracture est aggravée par la baisse du pouvoir d’achat. Depuis la crise financière de 2008, les français ont été ponctionnés de plus de 52 milliards d’euros supplémentaires, en ajoutant l’augmentation des dépenses contraintes, boucler ses fins de mois devient de plus en plus difficile. Les classes populaires et les classes moyennes ont l’impression de ne plus s’en sortir.

La priorité est d’apporter des solutions rapides au recul des services de proximité dans leur ensemble, véritable fléau pour les habitants des territoires ruraux qui voient leur vie quotidienne se dégrader. Sans médecin, ni école, sans commerce, ni cinéma, un territoire n’est pas attractif pour un jeune ou une famille, et devient un facteur d’isolement pour les ainés.
La révolution numérique qui bouleverse nos modes de vie, nos relations sociales, nos façons de produire, la transition écologique qui constitue un enjeu sans précédent pour préserver la qualité de vie des territoires ruraux, plébiscitée par les français, nous en offrent aujourd’hui l’opportunité.
Favoriser le télétravail, la télémédecine, l’accès aux services dématérialisés en accompagnant les administrés, est à même de reconnecter tous les territoires. Mettre en place de circuits locaux, lutter contre la précarité énergétique, développer les mobilités vertes, la production d’énergies renouvelables de façon autonome, doit permettre le développement de « campagnes-intelligentes » s’appuyant sur la participation des habitants grâce aux outils numériques.

Dans cette période de crise, Familles rurales, fort de son ancrage local, de ses 160 000 adhérents et de ses 40 000 bénévoles, prend part au débat et se veut force de proposition afin de trouver des solutions pour améliorer la vie de nos concitoyens. redynamiser les territoires ruraux et les centres-bourgs, grâce à l’innovation, à la transition numérique et écologique et à une démocratie locale renouvelée, constitue une réponse incontournable.

Retrouvez les contributions de Familles Rurales au Grand Débat National en téléchargement ci-dessous.

Étude Familles Rurales "Territoires ruraux : perceptions et réalités de vie" - octobre 2018